La forêt européenne : entre passé et futur

Accueil et inscription des participants

Introduction du colloque par Andrée CORVOL-DESSERT

THÈME 1 – HERITAGES

PRÉSIDENCE : JEAN-LUC PEYRON

Les rapports sont anciens entre l’Homme et la Forêt. Ils demeurent en mémoire, nourrissant aspirations et contestations. Pourtant, les usages d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’autrefois, lesquels ont façonné les massifs boisés : ceux-ci en portent encore la marque. Rares sont donc les peuplements forestiers vierges de toute exploitation : incontestablement, la sylve européenne est très anthropisée. C’est même une de ses spécificités, conséquence du déplacement des peuples, de l’organisation des terroirs et de la définition des marges : certains massifs doivent leur maintien à la fixation d’une frontière. Ainsi, loin d’être immuables, les massifs boisés ont évolué avec les sociétés de chaque pays. En quoi les liens tissés entre l’Homme et la Forêt diffèrent-ils d’une zone à l’autre ? 

  • Margarida TOME : Europe du sud = Une forêt marquée par des siècles d’agro-pastoralisme
  • Bruno LAFON : Europe de l’ouest = Une forêt plantée après des siècles d’agro-pastoralisme

Discussion

Table ronde animée par Nathalie JAUPART-CHOURROUT : Malgré un héritage disparate, observe-t-on des demandes semblables ? Si oui, comment les expliquer ?

THÈME 2 – TRANSFORMATIONS

PRÉSIDENCE : ANDRÉE CORVOL-DESSERT

Depuis plus d’un siècle, les relations Homme-Forêt sont confrontées à divers changements, politiques, économiques, territoriaux, générationnels, etc.

Deux facteurs dominent : 

a/ L’urbanisation galopante fait que les massifs, naguère fréquentés par les ayants droit aux usages, le sont maintenant sans titre juridique ni visée sylvo-agropastorale. Ces nouveaux usagers sont particulièrement nombreux en fin de semaine. Les motivations ? Les trajets Lieu de résidence-Lieu d’activité. Les pratiques sportives et ludiques. Le besoin de se détendre, de se ressourcer. La conséquence ? En moins de 50 ans, maintes forêts ont vu leur gestion conditionnée par les milieux urbains : elles font donc partie des zones vertes qui ceinturent les villes et contribuent au bien-être des habitants.

b/ La colonisation forestière comporte deux faces : l’une, dirigée ; l’autre, spontanée. Cette dernière, dominante, résulte de la conquête des espaces désertés : la terre ne rapportait plus assez ; les taillis ne ne rapportait plus rien. Le reboisement administratif, qu’imposait la protection civile, fit grandement progresser les techniques de plantation. Leur réussite a incité les États, qui avaient sacrifié la forêt, à les utiliser : pour maintenir les paysages ; pour modifier l’image des « pays noirs ».

Discussion

Ouverture de la seconde journée

THÈME 3 – VALORISATIONS

PRÉSIDENCE : SYLVIE ALEXANDRE

Il fut un temps où dans les bois, tout était bon, les fruits forestiers comme les plantes médicinales, l’écorce des arbres comme les champignons qui y poussaient, les feuilles mortes comme les rejets traînants qui servaient à lier les gerbes.

Il fut un temps aussi où tous ces produits étaient classés sinon au chapitre des déchets, du moins à celui des ressources non valorisables : ne comptait que ce qui payait, c’est-à-dire la grume. 

Le travail, tronçonnage ou charbonnage, allégeait les charges à transporter. Pourtant, il quitta la forêt car la mécanisation des procédés, complexes et dangereux, supposait des entreprises spécialisées et un périmètre sécurisé.

Autre donnée : l’usage de containers. Le bois devint un produit comme les autres, circulant sur terre et sur mer. Dans ces conditions, comment concilier emplois locaux et marchés mondiaux ?

LES RÉCOLTES LIGNEUSES

 LES SERVICES FORESTIERS 

Discussion

Table ronde animée par Nicole VALKYSER-BERGMANN et Benoît LEGUET : quelles solutions permettraient d’accompagner les transformations, tout en rémunérant mieux productions forestières et services environnementaux ?

THÈME 4 – ARBITRAGES

PRÉSIDENCE : CHARLES DEREIX

La science-fiction présente deux images opposées de la forêt. D’un côté, une image paradisiaque : l’entente entre hommes, bêtes et plantes et l’absence d’exploitation sylvicole. De l’autre, une image cauchemardesque : le désert remplace la forêt dont il reste des troncs sans feuilles ni branches.

Assistons-nous à une rupture entre les Gestionnaires, qui estiment les charges excessives par rapport à la rentabilité d’une forêt, et les Politiques, enclins à suivre ce qu’ils croient être l’opinion des citoyens ? Pourtant, les jugements sont souvent erronés : par ignorance ou par manipulation, cela reste à voir…

LA FORÊT DE TOUS LES DANGERS

LA FORÊT DE TOUS LES BONHEURS

Conclusions : scénarios et décisions 

Fin du colloque

Ce qu’on entend au XIXe siècle

MARDI 30 JANVIER 2024

Accueil et inscription des participants

Ouverture du Congrès par Jean-Claude YonCécile ReynaudHélène Parent et Marie-Ange Fougère 

SESSION 1 : DONNER DE LA VOIX

PRÉSIDENCE : HÉLÈNE PARENT

Eric Bordas : Voix expressives : timbres, accents, prononciations 

Corinne François-Denève : « Galatée parle ! » la voix des comédiennes dans les romans de l’actrice de la fin du XIXe siècle

Violaine François : L’écrivain et son auditeur. Ce qu’on entend des paroles d’écrivains au XIXe siècle

SESSION 2 : LE SPECTACLE DES SONS

PRÉSIDENCE : JEAN-CLAUDE YON

Marie Goupil-Lucas-Fontaine ‘‘La honte de la mélodie et la parodie du chant’’. Retour sur la construction de la voix ‘‘réaliste’’ (1880-1940) 

Agnès Curel Voix foraines : portraits sonores 

SESSION 2 suite & 3 : LE SPECTACLE DES SONS / SON DU CORPS

Laurène Haslé Tonnerre d’applaudissements, bruits de coulisses et silence solennel de répétitions : ce qu’on entend dans un théâtre du XIXe siècle

 Sylvie Douche : Le son des mélodrames dans la France théâtrale du XIXe siècle

SESSION 3 : SON DU CORPS

PRÉSIDENCE : MARIE-ANGE FOUGÈRE

Jean-François Richer : Corpophonie de la souffrance : sonocritique du corps humain dans « La Comédie humaine » d’Honoré de Balzac 

Sophie Panziera : Bruit, berceuse ou silence ? Sommeil et sensibilités sonores au XIXe siècle 

SESSION 4 : UNIVERS SONORES

PRÉSIDENCE : JOSÉ-LUIS DIAZ

Michela Landi ‘‘Pauvres reproches !’’ Le son de la cloche dans la poésie du XIXe siècle, entre sacrifice et réparation

Aimée Boutin : Stridences modernes : irruption du sifflet de locomotive dans la poésie post-baudelairienne 

Jean-Claude Caron : L’oreille de Vincent. Paysage sonore et culture musicale dans la correspondance de Van Gogh

Etienne Poirier : L’histoire continuée : faire entendre l’avenir dans « Les Rougon-Macquart » 

Discussion



MERCREDI 31 JANVIER 2023

SESSION 5 : OREILLE MUSICALE 

PRÉSIDENCE : CÉCILE REYNAUD

Alban Ramaut : Comment transcrire et recréer ce que le siècle donne à entendre ? Réflexions sur l’œuvre d’Hector Berlioz à partir de son article « De l’Imitation musicale », Revue et gazette musicale de Paris des 1er et 8 janvier 1837.

Anastasia Syreishchikova-Horn : Les paysages sonores de la Russie au XIXe siècle et leur influence sur la création musicale

Sarah Hassid : Entre bruits des villes et sons de la nature : les paysages sonores de Jean-Georges Kastner dans ses livres-partitions « Les Voix de Paris et La Harpe d’Éole »

Guillaume Avocat Entre le bruit de l’extérieur et la musique de l’intérieur. Les célébrations napoléoniennes autour de Notre-Dame de Paris (1802-1814)

Clotilde Verwaerde : Un écho des tumultes révolutionnaires : la musique dans les romans de Regnault-Warin

Discussion

SESSION 6 : L’OUÏE

PRÉSIDENCE : BÉATRICE DIDIER

 Anna Opiela-Mrozik : Entre assourdissement et surdité : les défaillances (musicales) de l’ouïe au XIXe siècle et leurs représentations littéraires

Isabelle Cavé : L’oreille au XIXe siècle, d’un point de vue hygiéniste

SESSION 7 : SONS DU POLITIQUE

PRÉSIDENCE : JEAN-CLAUDE CARON

Christophe Tropeau : Quand la musique coutumière rencontre la musique associative dans les campagnes

Adrien Quièvre : Musiques grévistes : le cas des chants d’ouvriers mineurs dans les grèves du XIXe siècle

 Karl Zimmer Les bruits de la révolte populaire. Entendre l’émeute au XIXe siècle


SESSION 8 : BRUIT DU DANGER

PRÉSIDENCE : AIMÉE BOUTIN

Marie-Agathe Tilliette : Les bruits des prisons : silence et fracas 

Jacques Bury : “Au feu ! ”. Le danger d’incendie, un objet sonore identifié dans la France du XIXe siècle 

 Chloé Chatrian Le bruit de la bataille au XIXe siècle 

 discussion

L’uniatisme chez les Slaves : cultures religieuses, affirmations politiques et constructions territoriales en Europe centrale et orientale (XVIe-XXIe siècles)

Ouverture du colloque par Francine-Dominique Liechtenhan

 Introduction du colloque par Laurent Tatarenko

SESSION 1

LES CHRÉTIENS SLAVES ORIENTAUX FACE À L’ÉCLATEMENT CONFESSIONNEL (DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIE – MILIEU DU XVIIE SIÈCLE) 

Présidence : Francine-Dominique Liechtenhan

Laurent Tatarenko (Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie) : Les projets unionistes des clergés slaves orientaux des XVIe-XVIIe siècles : une cartographie des appartenances religieuses par-delà les confessions.

Alicja Nowak (Université jagellonne de Cracovie) : The formation of the Ruthenian clergy in the context of the Union polemics at the turn of the 16th and 17th centuries.

 Vera Tchentsova (EPHE-PSL) : Gedeon Swiatopołk-Czetwertyński (ci. 1634-1690) : ambitions ecclésiastiques et frontières confessionnelles dans la métropole de Kiev du XVIIe siècle.

Discussion

SESSION 2

RÉFORMES DISCIPLINAIRES ET CONSOLIDATION ADMINISTRATIVE (MILIEU DU XVIIE SIÈCLE – MILIEU DU XVIIIE SIÈCLE)

Présidence : Laurent Tatarenko

Wioletta Zielecka Mikołajczyk, (université Copernic de Torun) : Tradition and change. The functioning of the Uniate episcopal curia in the Kyiv Metropolis during the 18th century.

Melchior Jakubowski (Académie polonaise des sciences) : Reconstructing Uniate identity. Spatial and architectural changes in Basilian monasteries in the 18th century

Benjamin Landais(Université d’Avignon) : Les projets avortés d’Union avec les orthodoxes dans le Banat habsbourgeois du XVIIIe siècle

Francine-Dominique Liechtenhan (Centre Roland Mousnier, UMR 8596) : Créer une hiérarchie orthodoxe en Pologne : la Congrégation de Pinsk et ses suites.

Discussion

SESSION 3

LE CATHOLICISME ORIENTAL DANS LES PROJETS DES EMPIRES (FIN DU XVIIIE – DÉBUT DU XXE SIÈCLE)

Présidence : Bernard Heyberger

Giuseppe M. Croce (AAV) : La perception romaine des Églises uniates en Roumanie et en Galicie (XIXe-XXe siècles) à travers les écrits de C. Korolevskij, N. Franco, V. Vannutelli.

Jarred N. Warren (Ludwig Maximilian University of Munich) : Panslavism, Polish Nationalism, and the Uniate Catholic Church, 1846-1856

Agnieszka Pufelska (Nord-Ostinstitut Lüneburg) : Shared loyalties: The Uniate Church and the Polish National Movement.

Discussion

SESSION 4

RE-CONSTRUCTIONS ÉTATIQUES ET POLARISATION POLITIQUE (XXE – XXIE SIÈCLES)

Présidence : Laura Pettinaroli

Oleksander Zajcev (Université catholique de Lviv) : Greek Catholic Church and Ukrainian nationalism during the interwar period

Anne Hultsch (Institut d’Etudes slaves, Université de Vienne) : Unionism as a Response to Uniatism? On the Influence of Unionism on Russian Emigration in Czechoslovakia (in the 1920s/1930s)

Iryna Dmytrychyn (INALCO) : L’Eglise gréco-catholique au temps du Holodomor

Natalia Shlikhta (National University of Kyiv-Mohyla Academy) : Individual Dimension of ‘Reunification’: How Fr. Datsyshyn (1914-1993) ‘Became an Orthodox’ but ‘Remained a Greek Catholic’

Kerstin S. Jobst (Université de Vienne) : The Afterlife of a Greek-Catholic Saint. The Veneration of Jozafat Kuncevych in Vienna in the 20th Century

Discussion

Conclusion par Marie-Elizabeth Ducreux

La mélodie française de Lalo à Poulenc, un siècle d’or ?

Session 1

LUNDI 25 SEPTEMBRE

9h30 Accueil et inscription des participants

9h45 Introduction du colloque

SESSION 1 : À LA RECHERCHE DE FORMES

PRÉSIDENCE : HENRI SCEPI

10h Lucia Pasini (Université Sorbonne-Nouvelle), Quels poèmes pour quelle musique ? Un panorama de la mélodie française à la Belle Époque.

10h30 Hugo Rodriguez (Université libre de Bruxelles), Ce qu’un poème fait à ses mises en musique. Le cas de « L’Invitation au voyage » de Baudelaire entre mélodie, romance et chanson.

11h – 11h15 Pause

PRÉSIDENCE : ANDREA MALVANO

11h15 Philippe Blay (BnF, Paris), Création d’un parcours poétique et musical : Reynaldo Hahn et l’art du cycle.

11h45 Maria Irene Fantini (Université de Fribourg), La mise en musique du rondel entre 1890 et 1930. Formes et imaginaire médiéval. 

12h15 Irène Mejia-Buttin (CNSMDP), « Car j’ai de grands départs inassouvis en moi » : étude stylistique des derniers cycles de mélodies de Fauré.

12h45 Discussion

13h – 14h déjeuner

Session 2

SESSION 2 : PROPOSITIONS DU PREMIER XXE SIÈCLE

PRÉSIDENCE : PASCAL LÉCROART

14h Clotilde Verwaerde (Université Paris 8), « Rimes neuves et vieilles » : le Poème pastoral de Massenet.

14h30 Jean-Nicolas Illouz (Université Paris 8), Mallarmé, Ravel, « Sainte » : musicienne(s) du silence.

15h Deborah Livet (Université de Caen), Les « Chants du silence » de Paul Arma, mélodies de la liberté.

15h30 – 15h45 Pause

PRÉSIDENCE : SYLVIE DOUCHE

15h45 Andrea Malvano (Université de Turin)Exotisme et érotisme dans la mélodie française : le cas des Chansons Madécasses de Ravel.

16h15 Étienne Kippelen (Université d’Aix-Marseille), Les « années Six » et la mélodie française chez Milhaud.

16h45 Discussion

17h15 Fin de la première journée

Session 3

MARDI 26 SEPTEMBRE

9h45 Accueil et inscription des participants

SESSION 3 : DES INTERPRÈTES POUR LA MÉLODIE

PRÉSIDENCE : MYRIAM CHIMÈNES

10h Emily Kilpatrick (RMA, Londres), Maurice Bagès and the reinvention of the Mélodie.

10h30 Pascal Lécroart (Université de Franche-Comté), Claire Croiza face au défi de verbaliser l’art de l’interprète : autour d’un projet d’ouvrage inédit.

11h Christopher Moore (Université d’Ottawa), Hommage à Poulenc : Alice Esty et la mélodie française aux États-Unis.

11h30 – 11h45 Pause

Session 4

SESSION 4 : RÉCEPTION ET RÉACTIONS

PRÉSIDENCE : LUCIA PASINI

11h45 Yannick Simon (Université de Toulouse-Jean Jaurès), Mélodie et concert symphonique.

12h15 Annarita Colturato (Université de Turin), Réception et diffusion de la mélodie en Italie : le cas de la bibliothèque de Ugo et Olga Levi à Venise.

12h45 Discussion

13h – 14h déjeuner

PRÉSIDENCE : CÉCILE LEBLANC

14h Vincent Vivès (Université de Valenciennes), « Entoure ce citron de blanc d’œuf informe » : la relation critique. Notes autour d’Apollinaire, Éluard, Poulenc.

14h30 Jean-Pierre Bobillot (Université de Grenoble), Effets de vers, effets rythmiques.

15h Discussion

15h15-15h30 Pause

15h30 Entretien avec François Le Roux (baryton) : la mélodie française, transmission et création

16h30 Conclusions

17h Clôture du colloque

Manifestation et révélation. À propos du livre de Jean-Luc Marion, « D’ailleurs, la Révélation »

Ouverture du colloque par Vincent CarraudEmmanuel Cattin et Dominique Pradelle

SOUS LA PRÉSIDENCE DE VINCENT CARRAUD : MÉTAPHYSIQUE ET RÉVÉLATION

  • Raphaël AuthierPhénoménalité et révélation : comment comprendre ce qui « succède à la métaphysique » ?
  • Claudia SerbanJean Hering, une première rencontre entre phénoménologie et révélation

MARDI 22 JUIN 2021

SOUS LA PRÉSIDENCE D’ EMMANUEL CATTIN : CE QUI SE DONNE ET CE QUI SE MONTRE

  • Vincent BlanchetL’apparaître de l’inapparent
  • Stefano BancalariLa « puissante banalité » de la révélation. Signification et statut méthodologique du quotidien dans la phénoménologie de l’ailleurs

SOUS LA PRÉSIDENCE DE PIERLUIGI VALENZA ALÈTHEIA ET APOCALYPSIS

Table ronde animée par Jean-Robert Armogathe, avec Danielle Cohen-Levinas,  Simon Berger et Philippe Capelle-Dumont

MERCREDI 23 JUIN

SOUS LA PRÉSIDENCE DE DOMINIQUE PRADELLE LE RETARD DU REGARD

  • Walter SchweidlerÉvénement et révélation selon Heidegger (Das Ereignis der Offenbarung nach Heidegger)
  • Vincent HolzerTrinité ontique et Révélation. Généalogie d’un malentendu persistant

Arts, sciences et techniques : Jules Verne, une vision du XIXᵉ siècle 

LUNDI 5 JUILLET

Ouverture du colloque par Pauline Schnapper, Vice-Présidente de l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 et Eléonore Reverzy, directrice du Centre de recherches sur les Poétiques du XIXe siècle de Paris 3

SESSION 1 – VERNE, ÉCRIVAIN EN SON TEMPS


MARDI 6 JUILLET

SESSION 2 – SCIENCES, ARTS ET DISCOURS : DE LA REPRÉSENTATION

SOUS LA PRÉSIDENCE DE JACQUES NOIRAY

SESSION 3 – INFLEXIONS ET AMBIVALENCES

SOUS LA PRÉSIDENCE DE DANIEL COMPÈRE

SESSION 4 – LE MONDE DES OBJETS

SOUS LA PRÉSIDENCE DE JACQUES-REMI DAHAN


MERCREDI 7 JUILLET

SESSION 5 – ESPACES-TEMPS VERNIENS

SOUS LA PRÉSIDENCE DE MARIE-HÉLÈNE HUET

SESSION 6 – HUMOUR ET CONTRETEMPS

SESSION 7 – LIMITES ET MESURES DU SIÈCLE

SOUS LA PRÉSIDENCE DE DANIEL SANGSUE

Conclusion du colloque, par Daniel Compère et Henri Scepi (Université Sorbonne nouvelle)

L’angiopathie moyamoya

SESSION 1 : HISTOIRE NATURELLE

Modérateurs : Sonia Alamowitch et Hugues Chabriat

Discussion

SESSION 2 : DONNÉES GÉNÉTIQUES

Modérateurs : Stéphanie Guey et Benoît Guillon

Discussion

SPECIAL LECTURE

Modérateurs : Elisabeth Tournier-Lasserve et Dominique Hervé

SESSION 3 : IMAGERIE DU MOYAMOYA

Modérateurs : Vittorio Civelli et Mikael Mazigui

Discussion

SESSION 4 : REVASCULARISATION CHIRURGICALE CÉRÉBRALE

Modérateurs : Sébastien Froelich et Luca Regli

« Vivre vite » Le dix-neuvième siècle face à l’accélération du temps et de l’histoire

OUVERTURES, SESSION 1, SESSION 2, SESSION 3

Ouverture du congrès  par Jean-Claude Caron, Christèle Couleau et Claire Barel-Moisan

Conférence plénière d’ouverture : Étienne Klein (Commissariat à l’Énergie Atomique, Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière) : Le temps a-t-il une vitesse ? 

SESSION 1 : L’EMBALLEMENT MÉDIATIQUE

Présidence : Jean-Claude Yon (EPHE, PSL)

SESSION 2 : LA VITESSE AU QUOTIDIEN

Présidence : Judith Lyon-Caen (EHESS)

SESSION 3 : ACCÉLÉRER OU RÉSISTER ?

Présidence : Jean-Claude Caron (Université Clermont Auvergne)

SESSION 4, SESSION 5

SESSION 4  : ALLEGRO MA NON TROPPO

Présidence : Cécile Reynaud (EPHE, PSL)

SESSION 5  : LE GESTE VÉLOCE

Présidence : José-Luis Diaz (Université de Paris)

SESSION 6, SESSION 7

SESSION 6 : POÉTIQUE ET ESTHÉTIQUE DE LA VITESSE

Présidence : Claire Barel-Moisan (CNRS. ENS de Lyon)

SESSION 7 : INSCRIRE LA VITESSE DANS L’IMAGE

Présidence : Éléonore Reverzy (Université Sorbonne Nouvelle)

SESSION 8, SESSION 9

SESSION 8 : ACCÉLÉRER LE MOUVEMENT

Présidence : Françoise Gaillard (Université de Paris)

SESSION 9 : EN VOITURE !

Présidence : Marie-Ange Fougère (Université de Bourgogne)

SESSION 10, SESSION 11, SESSION 12

SESSION 10: CADENCES THÉÂTRALES

Présidence : Émilie Pézard (Université de Poitiers)

SESSION 11 : TROUVER SON RYTHME

Présidence : Philippe Hamon (Université de Paris)

SESSION 12 : LES TEMPS DE LA VIE

Présidence : Christèle Couleau (Université Sorbonne Paris Nord)